LA DÉSINTÉGRATION de Philippe Faucon (2012)

Dans une cité lilloise, trois jeunes de 20 ans peinent à trouver leur voie. Alors qu’Ali cherche désespérément un stage, Nasser, inactif, est jeté dehors par ses parents. Quant à Nicolas, rebaptisé Hamza, il pense atteindre la sérénité par sa reconversion musulmane. Rejetés par une société toujours plus discriminante, les trois garçons se tournent vers Djamel, un « grand frère » charismatique qui les mènent à prendre une trajectoire radicale.

UN FILM ÉDIFIANT SUR L’EXCLUSION ET LE REPLI COMMUNAUTAIRE

Le film est court, la descente aux enfers rapide. De l’exclusion sociale au communautarisme extrêmiste, Philippe Faucon décortique le processus de désocialisation de jeunes français, issus ou non de l’immigration. Le film est vraiment remarquable quand il sonde la violence silencieuse d’une jeunesse en perdition. Car la brutalité ambiante ne se distingue pas dans des gestes, mais plutôt dans des paroles implacables assénées par un système éducatif sourd et des familles aveugles devant le malaise de leurs enfants. Perpétuellement contenue, la rage des jeunes monte lentement à mesure que la société manifeste son rejet. C’est cette haine que cultive Djamel (Yassine Azzouz), un personnage aussi magnétique que le gourou d’une secte. L’homme a le verbe haut, la critique acerbe et l’esprit cynique. Sa voix calme et posée aide à faire passer le discours radical. Pas étonnant que des brebis égarées y voient un guide spirituel à l’étonnante lucidité. Face à une société qui intègre mal ses nouvelles générations, Ali (Rashid Debbouze, frère de Jamel), Nasser (Mohamed Nachit) et Hamza (Ymanol Perset) plongent sans discernement dans l’extrémisme religieux. Et voilà que s’ouvre la voie du djihad. Philippe Faucon saisit parfaitement la complexité d’être né français pour des jeunes continuellement renvoyés à leurs origines. Captivant de bout en bout, le film se déploie grâce à une belle équipe de comédiens qu’on espère suivre dans d’autres projets de cinéma. Par son terrible engrenage, La désintégration sonne comme un avertissement à tous ceux qui n’auraient pas compris la conséquence possible d’une discrimination banalisée.

Article écrit le 19 Février 2012

Titre : La désintégration / Pays : France/ Durée : 1h18/ Distribué par Pyramide Films/Sortie le 15 Février 2012

Publicités