RUBBER de Quentin Dupieux (2010)

C’est l’histoire d’un pneu télépathe tueur en série. L’idée a attisé ma curiosité surtout que l’ovni a été tourné avec un appareil photo. Malgré la performance esthétique, le film m’a très vite énervée tellement il méprisait le spectateur.

Quentin Dupieux, c’est d’abord Mr Oizo, un trublion électro qui nous avait embarqués dans le délire d’une peluche jaune nommée Flat Eric. C’est aussi le réalisateur de Steak, un drôle de film porté par Eric & Ramzy et boudé par le public. Marqué par cet échec, Quentin Dupieux revient avec Rubber pour se venger. Mais de qui ? De nous, bien sûr ! Il nous appâte avec des références cinématographiques à gogo mais c’est pour mieux nous les renvoyer en pleine face. Dans son film, les spectateurs sont d’abord des crétins qui n’aiment pas les muets et les films en noir et blanc. Ce sont également des voyeurs qui se délectent, à travers leurs jumelles, d’un spectacle sanguinolent. Evidemment, ce sont aussi des pirates qui ne respectent pas les films. Comme des rapaces, ils se jettent affamés sur une dinde, à la manière de morts-vivants, pendant que le pneu tue en singeant Duel de Spielberg. Les « zombies » finiront empoisonnés par leur avidité creuse d’intelligence. Le seul qui échappe à l’hécatombe est un spectateur plus exigeant et plus avisé, capable de donner sa chance au film. Pourtant, même lui n’évitera pas la vindicte du pneu fou car il a osé exiger un final digne de ce nom.

Quentin Dupieux ne fait pas le distingo entre le spectateur pop-corn qui va consommer son film comme un produit commercial et le cinéphile curieux qui va tenter d’y trouver une originalité. Il met tout le monde dans le même sac et méprise toute personne ayant la moindre chose à redire à son scénario. Sur une route, un jeune garçon récupère les restes d’un oiseau mort pour agrémenter la pizza de son père qu’il déteste : « Tiens le voilà ton supplément, connard » dit-il au spectateur. C’est ce qu’il faut retenir du film : un gros doigt d’honneur à ceux qui n’ont pas aimé Steak et même à ceux qui ne l’ont pas vu !

Publicités