TOMBOY de Céline Sciamma (2011) Note : 8/10

Tomboy-affiche.jpg

Avec ses cheveux ébouriffés et ses bermudas usés, Laure a tout d’un garçon manqué. Du haut de ses 10 ans, elle passe aisément pour un garçon. Profitant du récent emménagement de sa famille, elle se présente sous le nom de Michael auprès des enfants du quartier. Mais voilà que la petite Lisa, une nouvelle camarade, en tombe amoureuse. Laure se prend au jeu…

Après avoir exploré l’adolescence dans La naissance des pieuvres, Céline Sciamma pose, avec pudeur, la question de l’identité sexuelle chez l’enfant. Sa caméra capture la fraîcheur et l’espièglerie de son personnage avec une curiosité juvénile. Nous voilà à hauteur de bambins, partageant leurs moments drôles et leur tendresse. Laure (Zoé Héran parfaite dans ce troublant rôle) joue au foot, se bagarre et s’amuse à être un autre pour s’approcher au plus près de la complicité des garçons. Mais nous sommes loin d’un simple jeu. En effet, la jeune fille adopte toutes les mimiques et la dégaine d’un petit mec avec la volonté d’être accepté en tant que tel. Elle observe ses copains avec un fort souci de mimétisme et semble, peu à peu, façonner son identité sexuelle. Laure/Michael se vit pleinement en garçon sous les yeux de ses parents aveuglés par l’arrivée de leur nouveau-né. Mais cette situation insolite ne masque pas la détresse de cette petite fille qui se cherche dans le regard des autres. Dans cette imposture, il y a quelque chose d’à la fois drôle et de particulièrement grave. On ne peut ignorer le trouble vécu par cette enfant qui va jusqu’à se créer un sexe en pâte à modeler pour jouer les garçons à la baignade. Difficile de ne pas penser à Boys don’t cry où Hilary Swank incarnait une femme grimée en adolescent, suscitant violence et dégoût autour d’elle. Ici, à niveau d’enfants, les réactions sont sensiblement les mêmes comme si, dès le plus jeune âge, la tolérance était déjà ébranlée par une pseudo-normalité. Seule, sa petite sœur Jeanne, âgée de 6 ans, accepte volontiers cette masculinité. Elle admire Laure comme un grand frère protecteur sans jamais remettre en cause son affirmation sexuelle. Ce seront les seuls yeux tolérants face à ce mal-être. Les autres choisiront le lynchage, à l’image de sa mère qui, en représailles, exhibera sa fille avec une robe. Cet acte d’une violence inouïe témoigne de l’incapacité des parents à entendre le désarroi des jeunes enfants. Céline Sciamma traite avec justesse et intelligence du malaise infantile mais aussi, des maladresses d’adultes.

Tomboy / Pays : France / Durée : 1h22 / Distribué par Pyramide Distribution /Sortie le 20 avril 2011

Publicités