MINUIT À PARIS de Woody Allen (2011) Note : 7/10

Minuit-a-paris.jpg

 

 

Je l’attendais au tournant ce cher Woody ! C’est vrai qu’après sa superbe escapade dramatique (Match Point, Le rêve de Cassandre, Vicky Cristina Barcelona), il était revenu à la comédie pépère (Whatever works), voire paresseuse (Vous allez rencontrer un bel et sombre inconnu). Malgré tout, on l’aime Woody
et il nous le rend bien. La preuve avec Minuit à Paris, véritable déclaration d’amour à notre capitale et à ses artistes. Le réalisateur prend ici
les traits de Gil (Owen Wilson), un écrivain américain nostalgique et rêveur qui nous fait découvrir son Paris fantasmagorique. En filigrane, surgissent les doutes d’un futur marié sur son couple
et sur le sens à donner à sa vie. A travers ses déambulations nocturnes, l’auteur, en quête d’inspiration, est confronté à des imageries passéistes et illusoires qui l’empêchent d’apprécier le
présent. Woody Allen pousse jusqu’au bout les clichés pour obliger son héros à réaliser l’urgence de la réalité. Avec sa lumière chaleureuse, presque jaunie, le film étouffe son personnage afin
qu’il n’ait pas le choix. Gil ne peut plus fuir l’hypocrisie d’un couple qui ne fonctionne pas et les convenances d’une vie normalisée. Le voilà obligé, à la quarantaine approximative, de devenir
adulte. Mais, pas de drame dans cette histoire. Bien au contraire, on rit de bon cœur devant les simagrées d’Owen Wilson et un défilé invraisemblable de têtes d’affiches. Loin d’être une simple
comédie autour d’un Paris de carte postale, ce nouveau cru de Woody Allen est sans doute l’un des plus introspectifs du cinéaste qui retrouve ici la finesse des débuts. 

 

Titre VO : Midnight in Paris / Pays : USA / Durée : 1h34 / Distribué par Mars Distribution /Sortie le 11 Mai
2011