PALMARES DE CANNES 2011

The Tree of life-copie-2Le gamin au vélomelancholia-affiche2-grand-format.jpgThe-artist-affiche.jpg

 

Ce n’est pas du côté de Cannes qu’il faut chercher la surprise ! Sans suspense, les favoris de ce 64ème festival, à savoir, Terrence Malick, les frères Dardenne et Lars Von Trier voient
leurs films au palmarès. Ainsi, The Tree of life, l’oeuvre la moins passionnante de Terrence Malick
obtient une Palme d’Or de convention. C’est à se demander si on ne récompense pas plutôt la rareté du réalisateur. Il faut dire que sa discrétion au cinéma (5 films en 40 ans) crée, à elle seule,
l’évènement comme si chaque film était le dernier. Avant même sa sortie en salles, The Tree of life était déjà annoncé comme un chef d’œuvre par des critiques qui ne l’avaient
pas encore vu. Et pourtant, malgré son ambition, le film se révèle peu novateur lorsqu’il n’est pas tout simplement pénible. Autre non-surprise, le Grand prix décerné au Gamin au vélo des
frères Dardenne. Là encore, c’est le film le moins marquant du duo belge, voire le plus maladroit. Alors pourquoi ce prix ? Déjà récompensés trois fois à Cannes (2 palmes et 1 prix du
scénario) les frères Dardenne semblent désormais apparaître au palmarès par habitude. Enfin, Lars Von Trier, (désigné persona non grata cette année pour ses sympathies nazies) peut se targuer
d’être le fournisseur officiel des prix d’interprétation féminine à Cannes. Après Dancer in the dark et Antichrist, son Melancholia offre cette fois-ci le prix à Kirsten Dunst. Dans les réalisateurs repartis
bredouilles, on retrouve Pedro Almodovar (La piel que habito), abonné à la punition, mais plus étonnament Nanni Moretti (Habemus Papam) et Aki Kaurismaki (Le Havre). Heureusement, un petit vent de fraîcheur a tout de même soufflé sur
certaines récompenses : Prix du Jury pour Polisse de Maïwenn et Prix d’interprétation masculine pour Jean Dujardin dans The Artist. Ouf !

 

Palme d’Or

The Tree of life de Terrence Malick

 

Grand prix

Ex-aequo : Il était une fois en Anatolie de Nuri Bilge Ceylan et Le gamin au vélo de Jean-Pierre
et Luc Dardenne

 

Prix du Jury

Polisse de Maïwenn

 

Prix d’interprétation féminine

Kisten Dunst dans Melancholia de Lars Von Trier

 

Prix d’interprétation masculine

Jean Dujardin dans The artist de Michel Hazanavicius

 

Prix de la mise en scène

Drive de Nicolas Winding Refn

 

Prix du scénario

Footnote de Joseph Cedar

 

Caméra d’Or – Prix de la Semaine de la critique

Las Acacias de Pablo Giorgelli

 

Palme d’or court-métrage

Cross de Maryna Vroda

 

Prix du jury court-métrage

Maillot de bain 46 de Wannes Destoop