R.I.F. de Franck Mancuso (2011) OU LA MORT PROGRAMMÉE DU POLAR FRANÇAIS

RIF.jpg

Stéphane Monnereau est un flic impulsif qui a besoin de vacances. Pour sauver son mariage qui bat de l’aile, il décide d’emmener sa femme et son fils à Langogne, dans le Languedoc. Mais après une panne de voiture et une querelle de couple, son épouse disparaît. Au fil de l’enquête, Stéphane devient malgré lui le suspect n°1.

DES FILMS TOURNÉS À LA MANIÈRE D’OLIVIER MARCHAL : LA NOUVELLE FRANCHISE DU POLAR FRANÇAIS

Alors c’est donc ça la relève du polar français ? Même s’il n’est pas tout à fait nouveau dans le paysage du film policier, Franck Mancuso (réalisateur de Contre-enquête, scénariste de 36 quai des Orfèvres et accessoirement ancien flic) confirme cette tendance qu’a le genre à s’anesthésier. Sans remonter à l’époque des meilleurs films de Corneau et de Melville (arrêtons tout de suite de radoter sur les années 60/70), on se souvient tout de même d’une embellie du polar vers la fin des années 90, début 2000, avec l’arrivée de nouveaux génies : Olivier Marchal, Jérôme Salle et autre Frédéric Schoendoerffer. Au menu, des intrigues policières efficaces et intelligentes, grâce à un bon dosage d’action et de psychologie. Mais après 36, Anthony Zimmer et autres Agents secrets, plus rien. Du moins, rien de nouveau à part une kyrielle de sous-Marchal et de sous-Schoendoerffer. Car les nouveaux papes du genre ont fait des émules. Dans la foulée des succès d’Olivier Marchal au cinéma, et de sa série Braquo sur Canal +, les autres prétendants au trône de nabab du polar ont décidé de faire des films policiers à la manière de leur modèle. Résultat : des mini-Marchal qui reproduisent les codes de son cinéma jusqu’à la caricature. Que ce soit dans Secret Défense, Pour elle, Le Premier Cercle, L’Immortel ou La proie, on retrouve la même panoplie : lumière bleue et glaciale, héros avec barbe de trois jours et cernes jusqu’aux joues, acteurs qui font la gueule et surtout ton grave, parce que sinon ça n’a pas l’air inquiétant.

Si tu ne fais pas la gueule sur l’affiche, ce n’est pas un polar…

SECRET-DEFENSE.jpgLE-PREMIER-CERCLE.jpgBRAQUO.jpgL-IMMORTEL.jpg

QUE PEUT-ON ATTENDRE D’UN FILM INTITULÉ « RECHERCHES DANS L’INTÉRET DES FAMILLES » ?

Paré de tous ces atours, R.I.F. (alias Recherches dans l’Intérêt des Familles, quel titre !)
ne fait pas exception à la règle. Yvan Attal tire la tronche comme s’il était condamné à mort, tandis que des seconds rôles, vus chez Marchal évidemment, s’agitent comme des camés en manque. Autant dire que tout le monde en fait des tonnes jusqu’à perdre toute crédibilité. Mais surtout, le film a du mal à clarifier ses motivations. S’agit-il de rendre hommage à un service de police méconnu (et dont on voit les performances chiffrées à la fin du film) ou de raconter l’histoire d’un flic dont le métier détruit sa vie de famille ? R.I.F. ne réussit ni l’un, ni l’autre, trop affairé à des effets visuels et sonores de films d’action. Franck Mancuso revisite le mythe du faux coupable popularisé par Hitchcock, mais la comparaison s’arrête là. Le réalisateur ne creuse pas assez son sujet, restant en retrait par rapport à ses personnages et cachant mal les faiblesses de son scénario. On aimerait y croire mais tout sonne faux jusqu’à l’histoire du couple marié qui ne s’entend plus. Il n’y a pas un seul moment sans que l’on ne voit autre chose que des acteurs mimant péniblement des réalités sociales. Et c’est là qu’on s’interroge sur l’avenir du polar : Que peut-il encore apporter aujourd’hui ? Avec R.I.F., ne confirme t-on pas la mort du genre ? N’oublions pas que même les grosses pointures ont fini par produire des redites (MR73 de Marchal n’était qu’une pâle copie de son 36 et Truands de Schoendoerffer lorgnait maladroitement sur Scorsese et De Palma). Supplanté par de beaux drames psychologiques à la française (les films de Jacques Audiard ou Polisse de Maïwenn), le polar doit se réinventer au plus vite avant d’être définitivement enterré.


 

Article écrit le 12 juillet 2011

R.I.F. / Pays : France / Durée : 1h30 / Distribué par Studio Canal /Sortie le 31 Août 2011

Publicités