RESTLESS de Gus VAN SANT (2011)

RESTLESS-affiche.jpg

Enoch, un garçon mélancolique, passe ses journées à airer dans les enterrements. Un jour, il y rencontre Annabel, une jeune fille fantasque et pleine de vie. Pourtant, l’adolescente est atteinte d’une maladie grave. Malgré son état de santé inquiétant, Annabel va tout faire pour balayer la tristesse et l’égarement dans les yeux d’Enoch.

UN GUS VAN SANT TENDRE ET POÉTIQUE

Difficile d’imaginer que le réalisateur d’Elephant, Last Days, Gerry ou My Own private Idaho, soit également l’auteur de ce tendre Restless. Gus Van Sant dévoile ici une autre facette de son cinéma : sentimental, précieux, élégant. Ses personnages évoluent dans un univers étrange où la mort épouse la légèreté de la jeunesse. Henry Hopper (fils de Dennis) semble avoir hérité de la désinvolture des personnages de son père. Il y a d’ailleurs quelque chose de troublant dans ce visage, pas tout à fait ressemblant, mais affichant le même regard perçant. Cependant, alors que les héros qu’incarnait Dennis Hopper criaient la rage du Nouvel Hollywood (Easy Rider en tête), Enoch tournoie autour de la mort, en silence, comme si elle était son seul compagnon de voyage. A contrario, Annabel est du côté de la vie. Sa passion pour les oiseaux et la nature prend ici le sens d’une liberté totale. Le choix de Mia Wasikowska, l’actrice d’Alice au pays des merveilles de Tim Burton, n’est pas anodin. Gus Van Sant reprend chez l’interprète d’Alice le même émerveillement pour contrebalancer l’omniprésence de la mort. Par sa fantaisie et son optimisme, Annabel charme autant Enoch que le spectateur. Guindés dans leurs habits rétro, les deux personnages semblent vouloir arrêter le temps, pour profiter d’un amour fugace. Ils nous plongent dans leur petit monde contemplatif où la mort n’est plus qu’une comédie. Bien sûr, on retrouve le mal-être profond qui balise l’œuvre de Gus Van Sant. Mais le réalisateur n’a jamais raconté avec autant de poésie la joie d’être vivant. Avec son romantisme exacerbé, Restless confirme l’éclectisme de Van Sant et sa capacité à encore nous surprendre.

Titre VO : Restless/ Pays : USA/ Durée : 1h35 / Distribué par Sony Pictures/ Sortie le 21 septembre 2011

Publicités