EXPO : METROPOLIS à la Cinémathèque Française, Paris (2011)

Expo-METROPOLIS.jpg

Film fascinant, visionnaire, superbe, Metropolis ne fut pas toujours considéré comme un chef-d’œuvre. A sa sortie, le 10 janvier 1927 à Berlin, le film le plus ambitieux de Fritz Lang est un échec retentissant. La sanction sera sans appel : alors que la version initiale faisait 153 minutes, son distributeur, la Paramount, décide d’en faire un remontage de 116 minutes pour sa sortie hollywoodienne. Pendant plusieurs décennies, seule cette version tronquée sera visible. C’est, d’ailleurs, celle que nous avons toujours connue. Mais en 2008, l’impensable arriva : une copie de la version intégrale a été découverte dans un musée de Buenos Aires. Une trouvaille à la fois capitale et terrible : alors que la version complète en 35 mm fit les beaux jours des ciné-clubs argentins dans les années 70, seul subsiste aujourd’hui un contretype de 16 mm, de qualité inférieure. A l’origine, une décision de conservation bassement économique. Metropolis ne sera donc jamais vu dans son aspect d’origine. Une belle consolation cependant : une version restaurée de 145 minutes intégrant les scènes manquantes est désormais visible, permettant de redécouvrir la pièce maîtresse du cinéma de science-fiction. C’est cette épopée que retrace la Cinémathèque Française dans cette belle exposition-hommage.

L’exposition est structurée selon les différents univers du film. La première pièce nous plonge dans la Cité des fils et la création d’une ville futuriste. On y découvre des photos de New-York où Fritz Lang est allé puiser son inspiration pour ses gratte-ciels vertigineux. On y trouve également de précieux dessins préfigurant le gigantisme du projet. La salle des Jardins éternels revient sur les somptueux costumes, ainsi que les scènes de ce chapitre qui n’ont pu être réalisées pour cause de budget. Les salles suivantes reviennent sur la Ville haute, la Ville ouvrière et la Salle des machines, avec extraits, photos et croquis. Puis, le parcours rend compte du grand travail de restauration et de reconstitution de la version intégrale. La Cinémathèque a rassemblé un nombre impressionnant de documents (notamment 800 photos de plateaux) et a tenté d’offrir l’exposition la plus complète possible. Cependant, il aurait été intéressant de proposer une scénographie originale pour cet évènement. Le sujet se prêtait pourtant bien à une mise en scène ludique et futuriste. Rappelez-vous, pour ceux qui l’ont vue, l’exposition sur l’expressionnisme allemand (en 2006). La Cinémathèque avait reconstitué l’étrange décor du Cabinet du Docteur Caligari et les clairs-obscurs d’M Le Maudit, donnant ainsi un effet étourdissant à l’ensemble. Ici, seul un jeu de cache-cache avec le robot de Metropolis dans la pièce finale (recréé dans les années 70 par son auteur Walter Schulze-Mittendorff) permet de se réapproprier un peu de ce monument qu’est le film de Fritz Lang. Par ailleurs, si vous avez déjà vu le nouveau montage du film (en février 2010 lors de sa projection simultanée à Berlin, Francfort et sur Arte) et le documentaire sur la restauration qui a suivi, vous ne ferez pas de grandes découvertes. Cependant, l’exposition vaut pour la richesse de ses documents et sa recherche fouillée autour de l’oeuvre. En marge de l’exposition, ne ratez-pas la rétrospective Fritz Lang à la Cinémathèque (le programme ici )

Exposition METROPOLIS

Du 19 octobre 2011 au 29 Janvier 2012

http://www.cinematheque.fr/fr/expositions-cinema/metropolis/

Publicités