BEAU RIVAGE de Julien Donada (2012)

BEAU-RIVAGE.jpg

A Nice, Michel, un flic en dépression entre dans le premier cabinet médical venu pour obtenir un arrêt maladie. Plus tard, alors qu’il se complait dans sa mélancolie, Michel découvre le corps de Sandra, une femme qui vient de se suicider chez elle. Profondément marqué par cet évènement, l’homme va peu à peu fouiller dans le passé de la disparue pour tenter de mieux la connaître. Mais de la curiosité à l’obsession, il n’y a qu’un pas…

UN FILM SINGULIER ET OBSESSIONNEL

Étrange histoire que ce Beau Rivage. Il y a d’abord cette ambiance singulière où l’ensoleillement d’une cité balnéaire côtoie le spleen d’un homme solitaire. Bienvenue dans la vie de Michel, un anti-héros traînant sa carcasse de flic fatigué. Il faut réussir à entrer dans la bulle de ce personnage bougon, triste et antipathique. Persister alors que l’homme résiste à nous laisser pénétrer son âme. En cela, Beau Rivage n’est pas un film facile. Il implique d’être suffisamment patient et curieux. A cela, ajoutez une intrigue déroutante où se mêlent réalité et images d’un passé trouble. Des scènes nous font découvrir une relation amoureuse naissante entre Michel et Sandra. Ce sont-ils réellement connus ou Michel se crée t-il un vécu sentimental avec la jeune femme ? Chaque scène contredit la précédente. Ce qu’on croyait être un fantasme a des allures de vérité. A l’inverse, le réel se mue en fiction. Personne ne semble vraiment connaître la défunte, si bien que son passé peut-être réinventé à l’infini. Cette existence malléable, Michel s’en empare pour reprendre goût à la vie. Il n’est pas impossible que vous méprisiez ce personnage, pilleur de tombe, à l’affût du moindre souvenir ayant appartenu à une morte. Sa fascination morbide allant jusqu’à l’obsession énerve parfois car on aimerait qu’elle lui revienne en boomerang. Or, son intrusion mortifère n’est combattue par personne. Alors, finalement, on accepte cet amour qu’il semble le seul à lui offrir. On tolère ce culte pour une morte entretenu à coup de talismans de pacotille. Car, de toute façon, qu’il soit érotomane ou amant bien réel, Michel restera définitivement impénétrable. Autant l’accompagner jusqu’au bout dans sa folie libératrice.

Titre : Beau Rivage/ Pays : France/ Durée : 1h30/ Distribué par Kanibal Films Distribution/Sortie le 4 janvier 2012

Publicités