L’AMOUR DURE TROIS ANS de Frédéric Beigbeder (2012)

L-AMOUR-DURE-3-ANS.jpg

Tout juste divorcé, Marc Marronnier a une vision très pessimiste de l’amour. Connu comme critique littéraire et chroniqueur mondain, il s’apprête même à sortir un premier roman intitulé opportunément « L’amour dure trois ». Mais voilà qu’il tombe sous le charme de la belle Alice, la femme de son cousin. Cette rencontre va ébranler ses convictions cyniques sur les relations amoureuses.

Frédéric Beigbeder se prend pour Truffaut. Mais son Antoine Doinel n’a pas le talent de Jean-Pierre Léaud. Pour jouer son l’alter ego de son livre, l’écrivain nouvellement réalisateur a déniché un illustre inconnu dans le monde du cinéma : l’humoriste Gaspard Proust qui a la lourde tâche de réinterpréter la vie de son narcissique mentor. Problème : il joue faux comme dans un mauvais sketch qui durerait trop longtemps. Face caméra, il énumère tous les poncifs arrimés aux coureurs de jupons blasés. L’humour noir lui sied bien mais il en fait des tonnes dans le genre dépressif. Beigbeder ignore comment filmer, alors il gadgétise à outrance tout ce qu’il ne sait pas mettre en scène : la voix de son acteur raconte chaque évènement et les mots de ses futurs écrits s’affichent à l’écran tel un générique ininterrompu. Autour de son poulain, les copains de Canal (et d’ailleurs) défilent : Louise Bourgoin, à qui Beigbeder offre une pesante vitrine dans laquelle elle se montre sous tous les angles ; Frédérique Bel, gentiment à l’ouest comme d’habitude ; Jonathan Lambert et Nicolas Bedos qui n’ont jamais été aussi mauvais ; Joey-Starr alias Jean-Georges, dans un revirement sentimental totalement improbable et Valérie Lemercier dans une caricature d’éditrice bien trop attendue. Malgré ce club de VIP, on s’ennuie ferme tellement le film est bavard, répétitif et plat. Si seulement il y avait une once d’humilité dans ce vaudeville prétentieux et fatigué… Mais même pas. Le film est à l’image de cette bannière ITélé que se décerne l’écrivain : Prix Nobel de littérature 2012 pour Frédéric Beigbeder. Un des rares moments où l’on peut rire un peu.

Titre : L’amour dure trois ans / Pays : France/Durée : 1h38/ Distribué par EuropaCorp/Sortie le 18 Janvier 2012

Publicités