LES ACACIAS de Pablo Giorgelli (2012) Note : 7/10

LAS-ACACIAS.jpg

A la frontière du Paraguay, Rubén, un chauffeur routier, est chargé par son patron d’emmener une femme en Argentine. Mais Jacinta n’est pas seule. Elle est accompagnée d’Anahi, sa petite fille de quelques mois. Et visiblement, le camionneur n’est pas prêt à supporter cette présence jusqu’à Buenos Aires…

UN VOYAGE AU BOUT DE L’ÉMOTION

Avec ce modeste premier film, Pablo Giorgelli réussit à nous offrir un pur moment d’émotion. L’histoire se construit autour d’une lente mutation des sentiments chez les personnages et, par conséquent, chez le spectateur. Dans cette petite cabine de routier qui sert de lieu central à l’intrigue, s’organise une lutte silencieuse où chacun va, à sa manière, exposer ses drames. L’attitude d’abord rustre et méprisante de Rubén vis-à-vis de sa passagère révolte forcément au plus haut point. Pourtant, Jacinta n’oppose à cette agressivité que son calme et sa douceur. La jeune femme, dont le visage apaisé tranche avec la dureté du camionneur, semble fuir un passé terrible et encaisse les coups en attendant la délivrance. Mais, on s’en doute, l’animosité de Rubén cache de profondes blessures, un rapport à la famille douloureux, une rupture traumatisante. Plutôt que d’insister sur les malheurs de chacun, Pablo Giorgelli préfère disséminer par petite touche les indices d’un drame passé. Les grands moments de silence en disent plus que les mots car le cinéaste déroule son récit dans une constante pudeur. Nous n’en saurons guère plus sur Rubén et Jacinta, juste ce qu’il faut pour pouvoir apprécier leur vécu et envisager leur avenir. D’un rapport au départ brutal, se construit une relation amicale grâce à un bébé devenu vecteur de communication. On s’attendrit devant la timidité maladroite et l’affection qui grandit dans le cœur de ces deux âmes blessées. Cette longue route jusqu’à Buenos Aires aura permis un beau voyage intérieur, au plus profond de nos émotions.

Titre VO: Las Acacias / Pays : Argentine/Durée : 1h25/ Distribué par Bodega Films/Sortie le 4 Janvier 2012

Publicités