LES CESAR 2012

The artist affichePOLISSE NEWL'EXERCICE DE L'ETATINTOUCHABLES affiche

2011 a été une belle année pour le cinéma français. La sélection des César était donc à cette image avec un choix de films forts, réalistes et émouvants : L’exercice de l’état, Pater, Le Havre, L’Apollonide, IntouchablesPolisse et l’incontournable The Artist. Malheureusement, on a pu aussi déplorer l’absence des excellents Donoma et Tomboy dans les nominations. En tout cas, on notera quelques surprises parmi les résultats : Bérénice Béjo, jusqu’à présent toujours en retrait dans la campagne de The Artist, obtient le prix d’interprétation féminine (enfin!). De même, Omar Sy remporte le prix d’interprétation masculine au nez et à la barbe de Jean Dujardin. Et cela fait plaisir d’avoir un peu de diversité (au sens propre comme au figuré) dans ce palmarès. Bonne pioche également pour Michel Blanc dont le rôle exceptionnel dans L’Exercice de l’Etat lui offre son premier César, après 8 vaines nominations. Cependant, petite déception pour Polisse qui ne repart qu’avec 2 prix (meilleur espoir féminin et meilleur montage) pendant que Pater, Le Havre et La guerre est déclarée repartent les mains vides. Evidemment, après les Golden Globes, les Baftas, et avant les Oscars, le ras de marée The Artist continue

Concernant la soirée, la cérémonie commençait bien avec une parodie des films de l’année par Antoine de Caunes et les petits pas de danse de Joey Starr. Malheureusement, le reste des festivités ne fut pas du même niveau. Il y a eu d’abord un festival de sketches pas drôles (Julie Ferrier, Alexandre Astier…). Mais surtout, le César de la bêtise fut remporté haut la main par Mathilde Seigner qui a gâché le discours de remerciements de Michel Blanc en exigeant que Joey Starr monte sur scène malgré sa défaite. Difficile de se remettre d’une telle médiocrité (quoiqu’il y avait de la concurrence avec la sortie de Julie Ferrier sur Patrick Deweare). Enfin, l’autre évènement fut l’arrivée de Mathieu « j’encule le cinéma français » Kassovitz débarquant pour remettre le prix de la meilleurs photographie l’air de rien. Au moins un qui est resté digne jusqu’au bout. Ce ne fut pas le cas de tout le monde…

CATEGORIES PALMARES OFFICIEL
Meilleur film The Artist de Michel Hazanavicius

 

Meilleur réalisateur Michel Hazanavicius pour The Artist

 

Meilleur premier film Le cochon de Gaza de Sylvain Estibal

 

Meilleure actrice Bérénice Béjo dans The Artist

 

Meilleur acteur Omar Sy dans Intouchables

 

Meilleur espoir féminin Ex-aequo Naidra Ayadi dans Polisse et Clotilde Hesme dans Angèle et Tony

 

Meilleur espoir masculin Gregory Gadebois dans Angèle et Tony

 

Meilleur second rôle féminin Carmen Maura dans Les femmes du 6ème étage

 

Meilleur second rôle masculin Michael Blanc dans L’Exercice de l’Etat

 

Meilleur scénario original L’Exercice de l’Etat de Pierre Schoeller

 

Meilleure adaptation Carnage de Yasmina Reza et Roman Polanski

 

Meilleur documentaire Tous au Larzac de
Christian Rouaud

 

Meilleur film étranger Une Séparation d’Asghar Farhadi

 

Meilleur court-métrage L’accordeur d’Olivier Treiner

 

Meilleur film d’animation Le Chat du Rabbin de Joann Sfar et Antoine Delesvaux

 

Meilleur photographie Guillaume Schiffman pour The Artist

 

Meilleurs décors Laurence Bennet pour The Artist

 

Meilleurs costumes Anaïs Romand pour L’Apollonide

 

Meilleur son Olivier Hespel, Julie brenta et Jean-pierre Laforce pour L’Exercice de l’Etat

 

Meilleur montage Laure Gardette et Yann Dedet pour Polisse

 

Meilleure musiquee Ludovic Bource pour The Artist

 

Publicités