GANGSTER SQUAD ou le carnage visuel de Ruben Fleisher

GANGSTER SQUAD Affiche

Ne vous y trompez pas. Même s’il y a un casting alléchant (Sean Penn, Ryan Gosling, Josh Brolin, Nick Nolte, Emma Stone…), un univers élégant (l’ambiance feutrée des années 40/50) et un scénario engageant, Gangster Squad sent la poudre. Et pour cause : la réalisation médiocre et l’absence de direction d’acteurs décourage dès ses premières scènes d’action. Filmé comme un Fast and furious et monté comme un Transformers, ce ersatz des Incorruptibles s’épuise en voulant se référer à ses aînés tout en lorgnant sur un jeune public accro à l’adrénaline visuelle. Ruben Fleischer, réalisateur de deux comédies potaches, Bienvenue à Zombieland et 30 minutes maximum, se lance dans un projet visiblement trop grand pour lui avec cette histoire de flics métamorphosés en hors-la-loi pour anéantir un gangster. Adaptée d’un ouvrage de Paul Lieberman (Tales from the Gangster Squad) cette œuvre clinquante et grossière échoue à nous transporter dans l’univers ténébreux des bas-fonds de Los Angeles. Ne prenant pas le temps d’étoffer ses personnages, ni d’explorer en profondeur l’aspect politique de son sujet, Fleisher réduit son film à une série de fusillades et des giclées d’hémoglobine. Le plus stupéfiant est de voir de bons acteurs jouer faux et en totale autarcie, tant ils sont livrés à eux-mêmes. Mention spéciale à Sean Penn qu’on a rarement vu aussi mauvais. Son jeu exagéré et son maquillage outrancier illustre bien l’imposture qu’est Gangster Squad : un film qui, en forçant le grandiose, échappe à toute vraisemblance.

Titre : Gangster Squad/Réalisateur : Ruben Fleischer/ Pays : USA/ Durée : 1h53/ Distribué par Warner Bros/Interdit aux moins de 12 ans/ Sortie le 6 Février 2013

Publicités